Appel à communication : La sécurité sanitaire globale

Appel à communications – Société Québécoise de Science Politique (SQSP) 2015, Université Concordia, Montréal, Canada, 20-22 mai 2015

La sécurité sanitaire globale
Comment penser la sécurité internationale à l’aune des épidémies contemporaines?

L’épidémie d’Ébola en cours dans plusieurs pays nous rappelle que les maladies infectieuses restent un enjeu sanitaire important au 21e siècle. Cette récente épidémie n’est toutefois que la dernière d’une série d’évènements sanitaires (SARS, H1N1, H5N1, VIH/SIDA, Tuberculose, Malaria, etc.) qui ont révélé le caractère « globalisé » de la santé. Ce « retour du microbe » (Collier & Lakoff, 2008) souligne à quel point l’annonce, en 1967, affirmant que « la guerre contre les maladies infectieuses a été gagnée » reste inapplicable pour une majorité de la population mondiale.

L’utilisation du terme de « guerre » est néanmoins emblématique de la réorientation prise par nos rapports sociaux et politiques avec les maladies infectieuses, épidémies et virus : ils représentent aujourd’hui des enjeux de sécurité à part entière. La dichotomie entre un espace interne sécuritaire et un espace externe anarchique et dangereux, élément analytique si fondamental aux théories des Relations Internationales, trouve donc son corolaire dans la gouvernance des maladies infectieuses. Une des conséquences pratiques de cette situation est que l’intervention par rapport aux enjeux globaux de santé publique se fait aujourd’hui en termes sécuritaires, militaires ou stratégiques, comme l’a révélé le récent déploiement de militaires américains dans certains pays pour répondre à l’épidémie d’Ébola. On assiste en ce sens à une forme de « sécurisation » des enjeux de santé publique globaux. Cette « sécurisation » de la santé a amené l’émergence d’un nouvel espace de diplomatie et de politique étrangère qui a été qualifié de « diplomatie sanitaire » (Novotny, 2008) et qui a attiré beaucoup d’attention, notamment avec des concepts comme celui de « axis of illness » (Fidler, 2004).

L’objectif de cet atelier est d’entamer une réflexion autour des impacts théoriques, conceptuels et pratiques du lien entre santé et sécurité. Nous chercherons à répondre, entre autres, aux questions suivantes :

  • Qu’est-ce que la « sécurité sanitaire globale »?
  • Quels outils possédons-nous pour en saisir la nature, notamment en Relations Internationales?
  • Quels sont les impacts pratiques de la « sécurisation » de la santé?
  • Quelles réponses institutionnelles donner, notamment au niveau international, aux risques sanitaires globaux?
  • Quels sont les acteurs de la « sécurité sanitaire globale »?
  • Quels types de gouvernance induit la « sécurisation » de la santé?

Les personnes intéressées à participer à cet atelier en tant que panéliste sont priées de faire parvenir leur(s) proposition(s) de communication avant le 5 janvier 2015 à gabriel.blouin.genest@umoncton.ca en prenant soin d’indiquer :

  • Le nom de l’auteur (ou des auteurs)
  • L’affiliation institutionnelle et l’adresse électronique de l’auteur (ou des auteurs)
  • Le titre et, en 250 mots, un résumé de la communication.

L’appel à communications se retrouve également ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *