Archives mensuelles : octobre 2018

Bernard Roy

Pour la troisième séance de sa nouvelle saison, le séminaire interdisciplinaire « La santé en débat. Rencontres autour des recherches francophones en sciences humaines et sociales sur la santé », organisé par Alexandre Klein (Université Laval), Gabriel Girard (Crémis), Pierre-Marie David (Université de Montréal) et Estelle Carde (Université de Montréal) dans le cadre des activités du réseau Québec Sciences Sociales et Santé (Q3S) est heureux de recevoir :

Bernard Roy

Université Laval

 Pour une conférence intitulée

L’entreprise de « santé » en milieu autochtone. Un espace d’émancipation ou d’un néocolonialisme

 

Elle se déroulera le Jeudi 25 octobre 2018 à 17h

au Pavillon Paul-Gérin-Lajoie de l’Université du Québec à Montréal, salle N-8510.

 

À partir de mon parcours singulier d’infirmier en nordicité (1986 – 1996) puis de consultant en milieu autochtone (1996 – 2004) et, finalement, de professeur-chercheur (2004…) j’entends partager mes réflexions sur l’entreprise de « santé » en autochtonie. Cette réflexion aura pour fondement mes travaux et réflexions autour de cette pathologie, nommée diabète, qui constitue, depuis des décennies, une préoccupation de premier plan pour les milieux de la santé et politiques non autochtones et autochtones. Au cœur des campagnes de prévention du diabète s’inscrit une entreprise de normalisation des corps, de l’acte alimentaire, de la gestuelle qui répond à des impératifs dictés par une science qui s’affirme apolitique. À travers cet exposé je questionnerai le concept de « santé » à la base du projet que porte les « milieux de la santé » et le confronterai à une conception qui, de mon point de vue, appartient au paradigme d’une « santé communautaire » qui donne « préséance à ceux et celles qui habitent le monde, qui vivent leur quotidien, et qui envisagent des transformations au gré de structures d’intelligibilité et de significations qui sont les leurs…» (Vonarx et Desgroseilliers, 2016 :19). Un concept de santé qui valorise l’autodétermination plutôt que la stricte « normalisation ».