Conférence de Geneviève Rail

Pour la troisième séance de sa saison dédiée à la question du genre, le cycle de conférences « La santé en débat », est heureux de recevoir :

Geneviève Rail

Université Concordia


Pour une conférence intitulée


Cancer et minorités sexuelles et/ou genrées :
incommensurabilité des savoirs biographiques et biomédicaux


Elle se déroulera le jeudi 5 mars 2020 à 17h
à l’Université du Québec à Montréal, salle N-8510.


Entrée libre et gratuite


Le projet sur les « Marges du cancer » constitue la première étude nationale financée par le Canada qui s’intéresse aux relations complexes entre le genre, la sexualité, la mobilisation de discours et de savoirs liés au cancer, et les expériences des personnes QLBT (queer, lesbiennes, bisexuelles et trans) en ce qui a trait aux soins associés au cancer. L’étude a été conçue pour mieux comprendre, entre autres, comment la sexualité et le genre sont constitutifs des réseaux biopolitiques complexes de savoirs sur le cancer, ces derniers façonnant l’accès aux savoirs et leur application dans la prise de décision en matière de traitement. Des entrevues ont été menées auprès d’un groupe diversifié (N=81) de patient.e.s atteints d’un cancer du sein ou gynécologique et appartenant à une minorité sexuelle ou de genre. L’analyse des récits révèle comment ces patient.e.s ponctuent le processus prévu de prise de décision en matière de traitement d’efforts persistants pour résister, contrecarrer ou gérer la possibilité de discrimination et la probabilité d’effacement institutionnel dans les établissements de soins. De plus, cette analyse permet d’améliorer notre compréhension des difficultés entourant : a) la divulgation de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre dans les établissements de soins ; b) la prise de décision en regard du traitement compte tenu des communications problématiques avec les professionnels de la santé ; c) le « traitement » du genre quand le cancer devient un site de résistance, de réparation ou de perturbation des récits biographiques ; et d) les traitements liés au cancer compte tenu de leur impact sur le genre ressenti. Les résultats de l’étude illustrent les exigences que le cancer impose aux patient.e.s QLBT de chorégraphier l’accès aux savoirs et aux soins à travers des champs de savoirs significativement distincts et parfois incommensurables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *