La santé en débat, 15 mars 2018

s200_noemi.tousignantPour sa troisième séance de l’année 2018, le séminaire interdisciplinaire « La santé en débat. Rencontres autour des recherches francophones en sciences humaines et sociales sur la santé », organisé par Pierre-Marie David (Université de Montréal), Gabriel Girard (Crémis) et Alexandre Klein (Université Laval) dans le cadre des activités du réseau Québec Sciences Sociales et Santé (Q3S) est heureux de recevoir :

Noémi Tousignant

Histoire, Université de Montréal

Pour une conférence intitulée

Inégalités toxiques entre exposition et capacité scientifique au Sénégal

Elle se déroulera le Jeudi 15 mars 2018 à 17h

au Pavillon Paul-Gérin-Lajoie de l’Université du Québec à Montréal, salle N-8510.

Avec la mise en place d’appareils de contrôle – du travail, de l’alimentation, de l’environnement, des médicaments – la toxicologie a été appelée, dans les sociétés prospères, à réguler les effets néfastes de l’industrialisation et de la modernisation et à donc participer à une fonction étatique de protection publique. Qu’en est-il de l’identité – épistémologique, mais aussi morale et politique – de cette science et de ses experts là où les moyens sont insuffisants et précaires, les capacités de l’État sont fragiles, et le statut de société moderne, ou en voie de modernisation, ne sont pas tenus pour acquis? Cette communication présente une étude de la toxicologie au Sénégal postcolonial. Je propose notamment une approche de l’économie morale et politique de la capacité scientifique qui tient compte du rapport particulier, importé et modulé dans un contexte africain de décolonisation, de contraintes structurelles, de dépendance financière et d’espoirs d’émergence, de la toxicologie à la responsabilité publique et à la modernité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *