Marie-Claude Thifault

Pour la deuxième séance de sa nouvelle saison dédiée à la notion de résistance(s), le cycle de conférences « La santé en débat. Recherches francophones en sciences humaines et sociales sur la santé », organisé par Alexandre Klein (Université Laval), Gabriel Girard (ESPUM) et Pierre-Marie David (Université de Montréal) dans le cadre des activités du réseau Québec Sciences Sociales et Santé (Q3S) est heureux de recevoir :

 

Marie-Claude Thifault

de l’Université d’Ottawa

 Pour une conférence intitulée

À contre-courant… révolutionner la psychiatrie, 1960-1970.

Elle se déroulera le Jeudi 7 février 2019 à 17h

au Pavillon Paul-Gérin-Lajoie de l’Université du Québec à Montréal, salle N-8510.

 

Si tous les regards depuis les années 1960 convergent vers une lecture unidimensionnelle de la désinstitutionnalisation, c’est à contre-courant, en nous éloignant des approches dénonçant l’oppression institutionnelle en psychiatrie que nous nous intéressons au comportement de déférence s’y opérant. Alors que le devant de la scène est occupé par ceux et celles qui gonflent les statistiques symbolisant le vidage important des grands hôpitaux psychiatriques, à l’arrière-scène, demeurent dans l’ombre les nouvelles dispositions de rattrapage mises en œuvre au sein même de l’hôpital psychiatrique. Selon une logique contraire à l’optique de la désinstitutionnalisation, nous proposons d’explorer un « mouvement d’humanisation » qui se déploie au sein de l’hôpital psychiatrique. Cela en nous appuyant sur le croisement de différentes sources, précisément, les dossiers médicaux et les témoignages d’infirmières retraitées.

Lire et relire les dossiers nous a fait réfléchir sur les raisons qui pouvaient bien motiver l’entêtement des patients (dans certains cas) à agir de sorte à ne pas être libérés, tandis que les entretiens permettent de jeter un éclairage sur les « angles morts » du discours officiel d’une institution. C’est à partir de l’expérience et du point de vue des soignants et des soignés que nous proposons une histoire de Saint-Jean-de-Dieu sous l’angle de la résistance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *